Musique de film
 

Oeuvres pour piano

Musique de chambre

Art lyrique

Oeuvres concertantes

Musique symphonique

Opéra

Projet Vauban

Histoire d'une vocation

Dès ses premiers cours de piano à l'âge de neuf ans, Lühl commence à composer ses premières notes. Peu après, les cahiers de musique se remplissent rapidement, enchaînant pièce sur pièce. Le jeune Lühl, dépourvu de formation harmonique, compose sans structure, suivant d'abord sa libre inspiration. Remarquant les dons du musicien précoce, ses parents cherchent un professeur d'écriture pour encadrer son évolution. Il rencontre Henri Sauguet, qui lui dira la phrase qui le marquera: "Trouve la mélodie qui est en toi."

Peu de temps après, il suit ses premiers cours d'écriture avec Bernard de Crépy, avec lequel se créera une forte complicité. Parallèlement à ses études d'harmonie et de contrepoint, l'analyse formelle passionne le jeune talent et il se plonge dans la structure des grands maîtres.

Luhl compositeur

Considérant la culture artistique comme un élément incontournable pour parfaire sa formation d'artiste, il se plonge dans les lettres, carnets de notes et réflexions de ses prédécesseurs, en lisant correspondance sur correspondance afin de mieux situer le cadre d'influence de ses maîtres.

Très vite sa musique se démarque par un style foncièrement tonal et mélodique qu'il défend avec conviction et engagement face à l'engouement de la musique dite "contemporaine" à laquelle il ne peut s'identifier. Il se heurte à des incompréhensions violentes et de nombreuses jalousies de la part d'autres "collègues", mais trouve toujours un écho particulièrement positif au sein du public non professionnel et amateur de belle musique sans prétention. Ses études avançant, il perfectionne sa veine créatrice de jeunesse et complexifie son langage tout en restant fidèle à son principe d'origine: chercher le Beau dans la musique et faire fi des modes éphémères. Il tient tête au lobbying contemporain et l'âge lui apporte progressivement respect devant la qualité incontestable de son travail.

Luhl compositeur 2

 

Aujourd'hui, en 2014, son catalogue de compositeur est devenu considérable, même s'il a dû, pour des raisons d'homogénéisation qualitative de son oeuvre en général, repousser son "opus 1" deux fois, jugeant à raison les oeuvres précédentes insuffisamment abouties pour les inclure dans un catalogue digne de ce nom. Ce dernier comporte à présent un opéra, sept symphonies, un Requiem, trois concertos pour piano, diverses pièces pour soliste et orchestre, de la musique de chambre, environ 140 pièces pour paino seul, des orchestrations et transcriptions... Il entame son opus 230 et marque ses oeuvres du sigle en allemand "LWV": Lühl-Werkeverzeichnis, comme BWV Bach-Werkeverzeichnis.

Désormais, ses oeuvres trouvent progressivement la place qu'elles méritent au sein de la critique musicale internationale, et malgré l'apparente "rupture de style" face à ses contemporains, il récolte étonnement et respect dans les coupons de presse.

luhl compositeur 3